Bon sang j'suis en retard!

jeudi 5 janvier 2012

Au rendez-vous des pêcheurs

Au rendez-vous des pêcheurs,
il leur sera beaucoup pardonné!


Tandis que Gwen Le Rest, l'illustrateur, dédicace également, Jean-Marc Paous s'entretient avec Nono Beuchard.

Ouest-France, toute l’actualité locale et internationale
Samedi, la médiathèque a connu une bonne fréquentation. Jean-Marc Paous, parti de Tinténiac depuis près de trente-cinq ans, y était revenu pour dédicacer le livre qu'il vient de publier, La course aux canards. Une chronique savoureuse sur ses années de jeunesse passées à Tinténiac.
L'affluence était telle que les gens ont eu le temps de discuter en attendant d'accéder à l'auteur et à sa dédicace. Dans la file, des gens partis de Tinténiac depuis longtemps. L'occasion de se retrouver mais surtout d'échanger des souvenirs que les moins de 50 ans ne peuvent pas connaître. Claude Delaporte, qui, bien sûr, n'a pas encore lu le livre, se réfère au titre. « C'est vrai, on plongeait dans le canal, on ne savait même pas nager. Mais on attrapait des canards. Mais fallait être motivé pour les manger, ils étaient durs comme de la corne ! » Beaucoup d'autres souvenirs sont revenus, notamment de Nono, cité dans le livre. Visiblement, il aurait matière à écrire quelques chapitres supplémentaires.
Jean-Marc Paous est ravi du succès de son livre. À plusieurs de ses lecteurs, comme Dominique Provost, une des mémoires de Tinténiac, il a demandé un retour. Très satisfaits également, Michel Delaunay et Béatrice Blandin, qui ont oeuvré ensemble à la promotion locale du livre. Plus d'une centaine ont été écoulés et dédicacés, samedi. Le livre est désormais en vente dans quatre lieux : au magasin de presse du centre commercial de Tanouarn, au bar-tabac le Batracien, au centre culturel et à la mairie.


J’entends vos critiques : Vous vous dites que Jean-Marc raconte sa vie une fois de plus !
Ben, ce n’est pas tout à fait vrai… Ces chroniques démarrent avec une chanson d’Hugues Aufray, « les crayons de couleurs », et se terminent par la construction du Mille-Club par les jeunes du pays… Il y a aussi Mai 68, le théâtre amateur, les premières colos, marqueurs d’une vocation pour un métier qu’on n’appelait pas encore : animateur socio-culturel.





En bref, un hommage aux valeurs de l’éducation populaire, à ma petite histoire…
Et puis ce livre est une aventure collective et bénévole. Une édition associative qui prend des risques : les Bédéastes Imageurs qui œuvrent pour la promotion des jeunes dessinateurs et de la Bande Dessinée comme outil pédagogique. Aussi chaque chapitre est introduit par une illustration de l’ami Gwen Le Rest qui signe aussi la couverture.

N’hésitez pas à faire tourner à vos amis ! A penser à des cadeaux que vous pourriez leur faire…
A bientôt !

Jean Marc PAOUS
http://bedeastes.wordpress.com/tag/jean-marc-paous/


Bon moi je vais évoquer le souvenir d'un bistrot qui connaît quelques vicissitudes... au Pont àl'Abbesse


au carrefour de la rue du prieuré et de l'avenue de libération juste avant le pont à l'abbesse...







Les inséminateurs avaient leur bureau juste à côté du café...





A l'été 2010, tout un pan de mur s'est abattu... une partie de l'histoire local qui s'en va!










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire