Bon sang j'suis en retard!

mardi 13 août 2013

Concerts nocturnes à Tinténiac

Concerts à Tinténiac  "Cave Canem"




"Si vous "détenez" un chien, sachez que celui-ci a droit au bien-être, vos voisins également".



Chaque soir de l’été à partir de 22h30, au Pont à l’abbesse, venez écouter le concert offert par les chiens du quartier.

Parfois solitaires et lancinants (ce qui est plutôt rare), ils se regroupent en duo, trio ou quatuor. Certaines nuits c’est un grand orchestre où 7 à 8 voies se mêlent. Ils sembles alors continuels.

De la plus petite voix, parfois émouvante, aux plus profondes aux aboiements puissants, sonores et rageurs.




Ce qui est bien, c’est que ces chiens noctambules se répondent en chant et contre-chant, le kan a diskan canin de Haute-Bretagne.

Quand l’un cesse, les autres reprennent dans une autre gamme, rarement en choeur et en harmonie. Evidemment pas de chef d'orchestre pour les mener à la baguette. 




 Un plaisir illimité qui dure parfois jusqu’aux aurores pour le plus grand plaisir du voisinage.

Si on en croit le dicton, j’imagine en les écoutant, le nombre de caravanes à passer sur la route…




Je proposerai bien au bureau d'aide sociale de distribuer des boules Quiès. Pas aux propriétaires car ils semblent sourds aux lamentations canines.



Trouvé sur un blog concernant ces nuisances qui ne semblent pas être le seul fait du quartier


Il faut savoir qu'il existe un règlement sanitaire départemental qui proscrit tout bruit gênant et par bruit gênant, le Ministère de la Santé entend tout bruit qui dépasse de 5 dB le jour et de 3 dB la nuit, le niveau de bruit ambiant.




L'article 102-5 du Règlement Sanitaire type, prescrit que "les propriétaires et possesseurs d'animaux sont tenus de prendre toutes mesures propres à préserver la tranquillité des voisins". Chacun est libre d'avoir un chien chez lui à condition que celui-ci (et en particulier par ses cris) ne soit pas la source de bruit gênant par rapport au niveau de bruit ambiant. Le propriétaire du chien doit donc veiller à ne pas laisser troubler de façon excessive la tranquillité de ses voisins. Il convient de faire appel ici à la compréhension du premier et à la tolérance des seconds.

 Tout conflit devrait être résolu à l'amiable, sinon le recours au tribunal sera nécessaire. En cas de conflit non résolu à l'amiable, le Maire est généralement saisi de l'affaire car, en vertu de ses pouvoirs de police, il est chargé de : "réprimer les atteintes à la tranquillité publique telles que bruits troublant le repos des habitants et tous les actes de nature à compromettre la tranquillité publique (article l.131-2 du Code des Communes)". 




Dans tous les cas, ceux qui ont à se plaindre des aboiements intensifs des chiens doivent établir la preuve des aboiements. La difficulté réside dans le fait qu'ils sont généralement intermittents. Sont considérés comme preuve par exemple : un ou plusieurs constats d'huissiers, des attestations de voisins, de visiteurs ayant constaté le trouble, une pétition. Pour sa défense, le propriétaire ou possesseur du chien pourra faire de même. Le juge appréciera si la gêne dépasse les "inconvénients normaux du voisinage" et déterminera le montant des dommages-intérêts à allouer, ainsi que les mesures à prendre pour faire cesser le trouble.

 JM Bergougniou

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire