Bon sang j'suis en retard!

dimanche 7 septembre 2014

Saint-Thual un tour au comice agricole

Comice agricole du canton de Tinténiac Saint-Thual


Quelques éléments sur l'agriculture et la naissance des comices.




Olivier de Serres (1539 - 2 juillet 1619) est un agronome français, protestant actif et auteur d'un vaste traité, le Théâtre d’Agriculture et mesnage des champs, qui connut 19 rééditions de 1600 à 1675. 


Il fut l’un des premiers à étudier de manière scientifique les techniques agricoles et à en rechercher l’amélioration par l'expérimentation. De ce point de vue, il est généralement considéré comme le père de l’agronomie française

On lui doit aussi le concept de ferme expérimentale.

Concours de labour



Déjà, avant la Révolution française, il existait ce que l’on appelait des « Sociétés d’Agriculture, des Sciences, des Arts et Belles Lettres » qui permettaient aux plus érudits de se regrouper afin d’échanger et faire fructifier les idées.

C’est ainsi qu’en 1764, quelqu’un écrivit un « mémoire sur la culture du sainfoin ».


En 1784, un gros effort fut fait en faveur des paysans victimes des inondations et dans la société agreste, idéalisée par la philosophie de Jean-Jacques Rousseau, l’agriculture se retrouva pour ainsi dire sur un piédestal.

En 1788, l’on créa un grand prix dont le roi Louis XVI en personne en fit une remise officielle au lauréat. Ce fut à cette époque que s’organisèrent les premiers comices agricoles dans la généralité de Paris



Né à Pleugueneuc le 22 janvier 1778, Louis, François, Marie, comte de Lorgeril, est l’héritier du domaine de la Motte-Beaumanoir en Pleugueneuc et Plesder. Pendant la Révolution Française il suit sa sa famille exilée en Angleterre ou il suit l’enseignement anglais et apprend beaucoup sur les techniques agricoles de ce pays, alors très en avance sur la France . A son retour, il se consacre à l’amélioration de l’agriculture sur ses terres en luttant contre « les routines et contrariétés de ses contemporains ».


Les premiers Comices 


Sa vocation agronomique régionale se concrétise lors de la fondation en 1817, du premier comice agricole breton à Plesder. Devant le peu de succès de ses réalisations modernes, auprès de ses paysans qui boudent ces premiers comices, il fera régulièrement venir des Montgolfières, qui elles attirent à coup sur le badaud… Louis de Lorgeril se fait aussi apprécier des populations environnantes grâce à des actions philanthropiques. Au programme ; construction d’une route, passage gratuit sur ses terres ou vaccination de plus de mille individus, et lors d’une épidémie récente, il avait transformé sa maison en hôpital.

En 1842, il décède brutalement à Orléans, alors qu’il est en train de gagner Paris pour y occuper la fonction de « Directeur Général de l’Agriculture ». Ce poste, équivalent aujourd’hui au titre de ministre de l’Agriculture, lui a été décerné par Louis Philippe.


Entre 2000 et 2014 429 exploitations agricoles ont disparus dans le pays de Saint-Malo  

L’activité du secteur agricole fournit 5,2 % des emplois bretons (2,9 % en France).



62 % du territoire régional est consacré à l’agriculture.
La surface agricole a diminué de 18000 hectares en six ans et les surfaces artificialisées ont augmenté de plus de 26000 hectares sur la même période





La densité en Bretagne est de 117 habitants au km2





4,2 millions de tonnes de céréales produites en Bretagne en 2013 (+5 % par rapport à 2012) :

• 2,2 Mt de blé tendre

• 1,1 Mt de maïs

• 521000 tonnes d’orges

• 350000 tonnes de triticale




1 poulet français sur 3 est produit en Bretagne.

556000 tonnes de viandes de volailles (de chair et grasses) sont abattues en Bretagne

en 2013 soit une baisse de 2,3 % par rapport à 2012 :

• 362000 tonnes de poulets abattus

• 144000 tonnes de dindes abattues

• 22000 tonnes de canards abattus

6 millions de volailles sont produites sous Label Rouge et IGP.

En 2010, 2978 exploitations font de l’élevage de volailles de chair en Bretagne.




 13,73 millions de porcs charcutiers abattus en 2013.

 La filière viande porcine bio en Bretagne est la 2ème plus importante en France après la région Pays de la Loire et représente près de 20 % du marché national.

En Bretagne, 6629 sites d’élevages de porcs sont recensés en 2013.



13 089 producteurs de lait en Bretagne en 2013.

748 376 vaches laitières en 2013


Prix moyen du lait en 2013 en Bretagne : 0,354 €/litre, en hausse de 8 % par rapport à 2012.



















Les Chicoufs






vieux briscard

ensilage à l'hélicoptère


photos (c) JM Bergougniou

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire