Bon sang j'suis en retard!

dimanche 22 novembre 2015

un renard dans le canal

Un renard dans le canal

Les usagers du canal d'Ille et Rance sont informés de sa fermeture à partir du 26 octobre 2015. 



L'écluse de Tinténiac en hiver.

La période de chômage est fixée du 26 octobre 2015 au 31 mars 2016.


les canaux sont généralement alimentés artificiellement, les digues de canaux servent à contenir l'eau à l'intérieur du canal. Et parfois un trou se creuse dans la digue provoquant des inondations dans les terrains en contre-bas. Ce trou est nommé un renard.

de Tinténiac à Hédé par temps de neige


Canal d'Ille et Rance (section Rennes-Dinan) :

  • Tirant d'eau : 1,20m
  • Mouillage : 1,60m
  • Vitesse maximum : 6km/h
  • Hauteur libre sur retenue normale : 2,50 m à 3,50 m.



L’objectif alloué aux digues est de contenir les flots pour éviter une inondation du ou des vals. Mais sans une bonne conception, un suivi et un entretien régulier de la digue, des brèches peuvent apparaître et provoquer des inondations.


les talus des levées peuvent subir les effets des courants hydrauliques qui peuvent provoquer des érosions à leur base. Il en résulte un affaiblissement des caractéristiques mécaniques du corps de remblai et un raidissement de la pente du talus. Ceci peut entraîner des affaissements de matériaux qui à leur tour engendrent des perturbations hydrauliques sous forme de tourbillons et des érosions. Par rupture successive du talus, une brèche peut se former et conduire à la rupture complète de la levée


Le col vert ayant élu domicile dans le canal depuis maintenant trois années

Les hétérogénéités de perméabilité dans le corps de la levée peuvent être à l’origine de circulation d’eau. Selon la nature des matériaux et la charge hydraulique, on peut atteindre le gradient hydraulique critique qui provoque localement l’érosion interne. De part en part, cette érosion peut se propager jusqu’à former une vraie galerie qui provoque une brèche dans la levée par effondrement des matériaux.


Les facteurs aggravants sont :
  • la présence de galeries, comme celles que peuvent faire certains animaux comme les ragondins ou les castors ;
  • une mauvaise étanchéité entre couches de remblais,
  • une hétérogénéité des matériaux.
  • Les racines d'arbres abattus qui, en pourrissant, laissent pénétrer l'eau sous les digues.




carte postale ancienne datant d'avant la mère Denis...




le chenal et la vase



Mouettes trouvant leur pitance dans les basses eaux

Arrivée des eaux pluviales?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire