Bon sang j'suis en retard!

jeudi 31 août 2017

02 SEPTEMBRE : COMICE AGRICOLE À TREVERIEN un peu d'histoire

02 SEPTEMBRE : COMICE AGRICOLE À TREVERIEN


La MSA Portes de Bretagne participe aux comices et fêtes de l'agriculture de l'été 2017. Venez nombreux nous rencontrer et tenter votre chance à notre jeu-concours.

Concours de labour photo JM Bergougniou


attelage à cheval Photo JM  Bergougniou

Un comice agricole est une assemblée formée par les acteurs du monde agricole et rural d'une région pour échanger leurs expériences pour améliorer les procédés agricoles et, à l'occasion de cette manifestation ouverte au public, de la rendre festive par différentes animations



Tracer son sillon Photo JM  Bergougniou

En 1815, Louis de Lorgeril organise un comice agricole à Plesder qui est considéré comme le premier comice agricole de France.


production laitière et élevage Photo JM  Bergougniou

Le 27 décembre 1819, le duc Élie Decazes envoya à tous les préfets de France une circulaire numérotée « 115 », qui était accompagnée d’une petite brochure réalisée par J.B Huzard Fils médecin vétérinaire, correspondant de la Société royale et centrale d’agriculture qui avait pour intitulé : « Des Assemblées agricoles en Angleterre ».


Un oeil bovin Photo JM  Bergougniou

Cette étude voulait démontrer l’utilité des concours qui étaient organisés outre-Manche dans tous les chefs-lieux des Comtés et détaillait les modalités de fonctionnement de ces associations.

On a sorti nos bonnets Photo JM  Bergougniou


recyclage de bidons Photo JM  Bergougniou
Le duc Decazes, ministre de l’Intérieur de Louis XVIII, insista sur la nécessité de reproduire ce modèle anglais : « Il m’a semblé que si de pareilles institutions pouvaient s’acclimater dans un État aussi avantageusement situé que la France, notre agriculture en retirerait des fruits précieux. Nos cultivateurs, mettant en commun leurs connaissances pratiques et leur expérience, seraient mieux appréciés et s’attacheraient davantage à leur état. 


Comice vu d'hélicoptère Photo JM  Bergougniou
(…) Tout ce qui sert à la nourriture de l’homme, se perfectionnerait en qualité et s’accroîtrait en quantité. Nos marchés s’approvisionneraient mieux et plus abondamment et un surcroît d’aisance générale serait un des résultats heureux des associations agricoles que nous aurions eu le bon esprit d’emprunter à nos voisins »










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire