Bon sang j'suis en retard!

jeudi 7 août 2014

Libération de Rennes il y a 70 ans

Libération de Rennes : il y a 70 ans

Le 4 août 1944, Rennes était libérée par l'armée américaine. 70 ans après, la Ville de Rennes célèbre l’évènement ce lundi, en présence du ministre de la Défense.


Les troupes allemandes défilent dans Rennes






Le 2 août 1944, le VIIIème Corps (les 8ème et 79ième Divisions d'infanterie U.S. et les 4ème et 6ème Divisions blindées) a alors été chargé par le Commandement de l'armée d’ordonner à la 79ème Division d'infanterie U.S. d’avancer et d’occuper FOUGERES avant la nuit du 2 août et de prolonger cette ligne jusqu'à LOUVIGNE-du- DESERT que la 90ième Division d'infanterie US était chargée d'occuper.

Simultanément, les 4ème et 6ème divisions blindées du VIIIème Corps d'Armée investissaient la Bretagne à travers le Nord de l'Ille et Vilaine, suivie par la 8ème division d'infanterie intégrée avec retard dans ce Corps d'Armée.Le 2 août, les éléments de reconnaissance de la 6ème division blindée US atteignaient QUEDILLAC et CAULNES dans les Côtes-du-Nord, tandis que ceux de la 4ème division blindée avançaient vers HERMITAGE et QUINTIN eux aussi dans les Côtes du Nord.

Les blindés de la 4th DB US

Quant à la Task Force "A", elle prenait position à DOL-de-BRETAGNE. Le même jour, le XVème Corps de la 3ème Armée recevait l'ordre d'assembler la 5ème Division blindée à l'ouest de LOUVIGNE-DU-DESERT et à l'est de l'axe de la route SAINT-JAMES - FOUGERES. Cette division est rejointe par la 79ème division d'infanterie en concentration dans la même zone qui passe sous le commandement du XVème Corps.




La libération de Rennes
 
Or, dans l'après midi du 1er août 1944, le général Wood commandant la 4ème division blindée US a reçu des ordres complémentaires de PATTON, lui ordonnant, non plus de prendre Rennes, mais au besoin de dépasser Rennes pour atteindre la baie de Quiberon et pour isoler le sud de la Bretagne sur l'axe Rennes Quiberon en suivant grosso modo le cours de la Vilaine et la voie ferrée Rennes-Vannes. Au même moment, le 4ème Groupe de combat «A» de la 4ème Division blindée US engageait le combat à la périphérie Nord de Rennes et était contraint de reculer après avoiir perdu 11 chars et 20 prisonniers malgré l'appui P 47 Thunderbolts attaquant la position de force de l'aéroport de Rennes défendu par deux canons anti-aériens de 88mm. Pendant la nuit, la position allemande avait reçu le renfort de la 921ème Division d’Infanterie, arrivée dans la ville avec deux canons d'assaut et commandée par le colonel Koenig.
les Américains dans Rennes 


En cours de concentration le 2 août 1944 au nord de Rennes, la 4ème DB attendait des approvisionnements et des renforts en infanterie ainsi qu'un soutien aérien qui lui était chichement accordé alors que la 5ème DB venait de se voir confier la mission d'abandonner l'objectif initial de Nantes et des rives au nord de la Loire pour obliquer vers l'Est..


Des accrochages du côté de Maison Blanche et de Saint-Jacques retarderont les Américains
Apprenant dans la soirée du 2 août que le 13ème Régiment d’infanterie était en route pour Rennes, le général Wood a conçu l'idée spectaculaire de contourner largement Rennes par l'Ouest de façon à se trouver en position pour prendre Chateaubriand puis Angers, qui lui ouvrait alors le route de Chartres et même de Paris... Il faut dire qu'en ces jours de marche forcée faisant suite au "Break out" provoquée par l'opération "Cobra" , les commandants de divisions blindées, fer de lance des troupes U.S., étaient conduits à prendre des initiatives qui étaient rarement inscrites dans le marbre des plans des planificateurs (bureaux G3) des armées US...
Après avoir fait accepter son projet de contournement et d'isolement de Rennes le 3 août au matin par son supérieur le général Middleton, Wood a mis son plan à exécution ordonnant aux groupes de combat "A" et "B" de sa division de se déplacer respectivement en arc de cercle à une distance de 15 et 30 miles à l'Ouest de Rennes, leur tête de colonne atteignant respectivement Derval et Bain-de-Bretagne au soir du 3 août 1944. Les deux groupes de combat avaient coupé sept des dix routes principales menant à Rennes et se trouvaient à mi chemin entre Rennes et Nantes, à proximité de Chateaubriant. Entretemps, la division avait reçu un ordre formel de l'Etat-major de Patton qui sera confirmé par le général Middleton: La 4ème Division blindée devait capturer Rennes et établir des positions depuis Rennes vers le sud ouest vers la baie de Quiberon afin de bloquer les mouvements des forces ennemies dans ou hors la Bretagne.
Prise de guerre


C'est le 13ème Régiment d'infanterie US (détaché de la 8ème D.I. US) qui est parvenue le premier au Nord de Rennes dans l'après-midi du 3 août, son principal bataillon de choc réussissant à s'infiltrer dans la banlieue nord-est de Rennes le soir même. Avec quelque 60 morts et 130 blessés le général Hausser, commandant la 7ème armée allemande, qui ressemblait de plus en plus à une armée mexicaine en déroute, a autorisé quelque 2.300 soldats allemands à s'exfiltrer de Rennes. Ces soldats, sortant de Rennes par l'Est, sont parvenus avec armes et bagages à rejoindre Saint-Nazaire en cinq jours en suivant des routes secondaires.


Le lendemain 4 août au matin, Le 13ème régiment d’infanterie défilait tandis que le reste de la 8ème Division d'infanterie prenait garnison à RENNES, et était versée dans la réserve du VIIIème Corps. Congformément aux ordres inpératifs reçus de Middleton, qui s'était déplacé au PC de la 4ème DB, les ponts sur la Vilaine à Redon, libérée dans la soirée, à La Roche-Bernard étaient sécurisés dès le 4 août au soir. Wood avait également accepté de bloquer toutes les routes au sud de Rennes, de sécuriser avec un groupe de combat tous les ponts de la Vilaine jusqu’à Redon, et d’utiliser au maximum ses unités de reconnaissance pour sécuriser la Vilaine.

Rennes victime des bombardement 

Alors que la 4ème DB se trouvait pratiquement à sec de carburant, et qu'elle bénéficiait d'un réapprovisionnement dans la nuit du 4 au 5 août 1944, elle reçut l'ordre formel du major général Hugh J. Gaffey, Chef de l'État Major de la 3ème Armée, relayé par le VIIIème corps précisant que «le Général Patton supposait qu'en plus de bloquer les routes…, vous poussez la partie [de la division 4ème blindé] à l'ouest et au sud-ouest vers la région de Quiberon, y compris les villes de Vannes et de Lorient, selon le plan d'armée.» Wood, au matin du 5 août a ordonné au Groupe de combat « A » de se diriger soixante-dix miles à l'ouest vers Vannes.






Ce matin, Rennes a célébré le 70e anniversaire de la Libération, le 4 août 1944. Beaucoup d’émotion pour les participants, nombreux à se presser autour des officiels.


Le 4 août 1944 est une date fondatrice dans l'histoire de la Ville de Rennes. Après avoir libéré Coutances le 29 juillet, l'armée américaine, via la 4e Division Blindées du Général John Shirley Wood, a pour objectif de libérer Rennes, porte d'accès vers Brest.




Après les bombardements

La Libération a été un grand moment de joie et de délivrance pour les Rennais après cinq années de guerre. La ville a connu plusieurs bombardements entre juin et juillet 1944. Après la percée d'Avranches, les premières unités américaines s'accrochent avec les Allemands à l'approche de la capitale bretonne.



Saint-Jacques, Saint-Grégoire

Ce lundi des cérémonies se sont déroulées, d'abord sur la butte de la Maltière à Saint-Jacques-de-la-Lande, à Maison Blanche à Saint-Grégoire. Puis dans le centre-ville de Rennes, sur la place de l'hôtel de ville et la place du Parlement toute proche, en présence de Jean-Yves le Drian, le ministre de la Défense.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire