Bon sang j'suis en retard!

mardi 5 août 2014

Tinténiac le Monument aux Morts Hector Jacomet Bretagne Ille et Vilaine déplacement

Tinténiac le Monument aux Morts

Inauguré le 14 mai 1922 ou le 11 juin 1922 selon Ouest-Eclair le monument aux morts de la guerre de 1914-1918 a été conçu par l'architecte Edmond Eugène Mantrand de Saint-Servan (plans approuvés le 16 novembre 1921).





Les travaux de taille de granite ont été confiés à Jules Hignard, entrepreneur demeurant à Lanhélin (granite provenant de la carrière de Chauffetière en Saint Pierre de Plesguen) tandis que la statue de bronze a été fournie par M. Jacomet, entrepreneur à Villedieu dans le Vaucluse.







Le prix total du monument s'est élevé à 22 000 francs. La grille qui entourait le monument a été enlevée.




Pendant la Grande Guerre, un certain nombre d’industriels s’est enrichi dans les fabrications de guerre.


Après Guerre, d’autres commerçants vont trouver une nouvelle "mine d’or" : l’art funéraire et la célébration des Morts pour la France. Des monuments aux Morts vont être fabriqués "en série".





Parmi ces "spécialistes", les établissements H. Jacomet proposent un "poilu" aux communes.









ETABLISSEMENTS  
H. JACOMET

VILLEDIEU  
(Vaucluse)
Villedieu, le 10 juin 1920

Monsieur le Maire,

Nous avons l’honneur de vous remettre, ci inclus, un
Projet de MONUMENT COMMEMORATIF pour les soldats de votre Commune morts à la Grande Guerre, au cas où votre choix ne serait pas encore définitivement fixé.



Nous appelons votre attention sur le travail que nous vous offrons, en fonte de fer ciselée, bronzée au four et patinée incomparable comme beauté et solidité.

Le délai de livraison est de trois mois maximum.

Si notre offre vous intéresse, nous vous serons obligés de vouloir bien nous en informer le plus tôt possible. Les
circonstances actuelles d’instabilités des cours et la hausse
constante des fontes et aciers ne nous permettant pas d’assurer
le prix de 3000 francs au-delà du 10 juillet prochain. Les
conventions passées avec notre fonderie, au prix actuel, ne sont valables que pour un mois. En conséquence, les commandes fermes qui nous parviendront d’ici au 10 juillet;inclus, seront livrées au prix de 3000 fr. franco d’emballage.

Passé cette date, une majoration du prix est annoncée.

De part et d’autre, il y a donc intérêt à faire inscrire sa Commande sans retard.

Veuillez agréer, Monsieur le Maire, nos biens distinguées salutations.
H. Jacomet.


Dimensions du bas du socle du « Poilu » : 0.14X0.41

Poids : 200 à 220 kilos.

Délai de livraison : 3 mois environ.

« Le poilu »

D’un caractère exclusivement commémoratif de gloire et d’héroïsme, ce monument est de nature à satisfaire tous les goûts et toutes les tendances.

Qu’il soit érigé sur une place publique, dans un square ou au cimetière, il est d’une allure imposante : et, dans sa simplicité, ce monument représente exactement ce que l’on veut qu’il représente.

Le projet que nous soumettons conviendra, nous en sommes certains, au plus grand nombre, parce qu’il est grandiose et simple en même temps.

Ce « Poilu » est en fonte de fer ciselée

Notre modèle est établi dans une seule grandeur de 1 m 60.
TON BRONZE PATINÉ FONTE DE FER CISELEE ET BRONZEE AU FOUR
Absolument inaltérable


Au prix unique de 3.000 francs
(Franco d’emballage, port dû)


photo JM Bergougniou

Nous pouvons livrer aussi, sur demande, ce même « Poilu », en ton pierre de taille
ou peint couleurs naturelles. Mêmes prix et conditions.

La fonte de fer, inutile de le dire, est d’une résistance sans égale. Lorsque la pierre de taille et même le marbre auront subi les altérations du temps, la fonte sera toujours
intacte et aussi belle qu’au jour de l’inauguration. Les générations passeront devant le monument sans que la moindre atteinte des intempéries l’ait effleuré, et ceci est un point
capital sur lequel nous attirons tout particulièrement l’attention.
PIEDESTAL

Le piédestal peut-être fait sur place, par les tailleurs de pierres ou maçons du pays, avec plus ou moins d’embellissement, selon les ressources dont on dispose.


MONUMENTS DIVERS

Nous nous chargeons de l’exécution de tous projets de monuments, sur plan ou croquis donnés, en pierre dure ou tendre ou en marbre : R.F., Palmes, Croix de Guerre en bronze
Patiné garanti. -Plaques de marbre gravées, etc…- Prix et devis sur demande.


La Carrière de la Chauffetière





La Carrière de granite aurait été créée en 1825 (tradition orale).


En 1835, la carrière du bois de la Chauffetière fournit les pierres de taille nécessaires à la construction de l'écluse du Châtellier, située sur le canal d'Ille-et-Rance.

Elles sont alors choisies dans les bancs les plus durs et les plus sains.


En 1884, la carrière, appartenant à Mlle Collibeaux, est dirigée par M. Hignard qui va l'acquérir et fonder sa propre entreprise en 1929 sous le nom de Société Hignard Jules et fils (SARL au capital de 525 000 f).



En 1948, trois carrières composent le site. Distantes de 100 à 150 m, elles sont reliées aux divers ateliers de taille et de polissage par un trolley électrique qui y achemine les blocs de pierre.


En 1971, l'activité concerne l'extraction de granite, la taille pour les monuments funéraires, la sculpture, les travaux publics, les travaux maritimes et la décoration. Le granite, de couleur bleue, provient de la région mais aussi de Suède et de Norvège.

La production s'élève à 300 m3/mois. Les débouchés concernent pour 90 % le marché français (hors Bretagne) et pour 10 % le marché extérieur : il est exporté au Royaume-Uni, en Italie, en Belgique et en Allemagne.




En 1929, mention de huit moteurs électriques et d'une bouchardeuse électrique. En 1971, le matériel de production comprend un thermojet air et fuel, ainsi qu'une barre de carrière perfomatic Hignard. L'établissement Hignard Granit est toujours en activité.
En 1910, la carrière emploie soixante-deux ouvriers, cent cinquante en 1948 et quatre-vingt en 1971.


sources :

Ville d'Eu

Renoux Dominique, "Quelques fabriques", dans Monuments de mémoire, Les monuments aux morts de la Première Guerre mondiale, Paris, Mission aux commémorations, 1991, p. 142

http://patrimoine.region-bretagne.fr/sdx/sribzh/main.xsp?execute=show_document&id=MERIMEEIA35000468

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire